dimanche 22 juillet 2018

Dans le vanity de l'été

J'aurais pu parler de la "summer beauty box" mais cette fois je privilégie le terme désuet de vanity :-)
Pour une semaine en bord de mer, j'adopte une routine spécifique.
D'abord, pas de maquillage ! Et oui, il va falloir se crémer toute la journée pour se protéger du soleil ensuite s'hydrater après l'exposition, puis pour se protéger des moustiques avec un lait répulsif alors levons le pied sur l'artifice quand la température flirte avec les 30° !

Ma peau blanche est protégée toute la journée grâce à la crème solaire Anthelios XL de Laroche Posay, indice 50+, je ne transige pas avec la protection surtout avec mes nombreux grains de beauté.
Une cure de gélules Photoderm Bronz de Bioderma est efficace pour préparer la peau, la protéger et prolonger le hâle. Je ne sais pas si c'est grâce à elle ou grâce à la crème Anthelios mais je ne souffre désormais plus de lucite (allergie solaire) lors de mes expositions.
Les cheveux sont protégés du soleil par l'huile lactée capillaire de Nuxe Sun à l'odeur de vacances, en revanche il faut les laver après usage pour éliminer le film qui alourdit les boucles.

Côté nettoyage, l'Huile de douche soin Nivea est un produit doux, qui sent bon, qui nettoie et hydrate la peau: le parfait 2 en 1 pour deux douches par jour.
Shampooing soleil Ultra Doux de Garnier: à l'huile de monoï et Néroli, c'est un voyage lointain que son parfum nous offre tout en chouchoutant nos cheveux fragilisés par le soleil, la mer ou la piscine.
Après-shampooing nutrition, Le petit marseillais: en une minute ce soin nourrit les cheveux grâce au lait de karité et au miel, incontournable !

Pas de maquillage mais pas de parfum non plus ! J'opte pour la brume Moroccan Tea, &other stories qui m'enveloppe de la fraicheur subtile de la menthe et de l'ambre. Mon odeur préférée de l'été qui a le pouvoir de me transporter chaque fois dans mes plus beaux souvenirs de vacances...

dimanche 1 juillet 2018

Repose-toi sur moi

Dans la cour intérieure de cet immeuble parisien, des oiseaux de malheur ont élus domicile, rendant hystérique Aurore qui habite un cossu appartement au dernier étage avec sa jolie famille.
L'intervention d'un voisin ramène l'équilibre dans l'arbre de la cour mais vient bouleverser la vie d'Aurore.
Ludovic l'attire alors que tout les opposent et qu'elle ne connait rien de lui. Pourtant, il est la seule personne à se préoccuper d'elle et à sincèrement l'aider. Une drôle de relation se noue entre eux, mêlant voisinage, sentiments, business et violence.
A travers cette histoire, deux mondes se télescopent: les argentés qui font carrière, qui réussissent, qui vivent dans le bel immeuble face à ceux qui triment pour s'en sortir, qui sont seuls, qu'on ne voit pas dans l'immeuble du fond de la cour... facile à lire.

dimanche 17 juin 2018

Expo éphémère de stret-art - Lyon

Jusqu'à fin juillet, le Zoo Art Show propose 40 artistes de street-art exposés dans un hôtel particulier du 6ème arrondissement de Lyon, derrière la place Puvis de Chavannes.
Dans cette galerie éphémère, la jungle urbaine contraste avec le quartier bourgeois se déploie sur deux étages avec une bande son urbaine et une scénographie très réussies.

L'expo est gratuite, ouverte uniquement le samedi (10h-18h) et le dimanche (13h-18h) au 61 rue de Créqui, 69006 Lyon.
Elle n'est pas très grande alors pour en profiter pleinement je ne mets pas plus de photos et vous conseille d'aller la parcourir dès le week-end prochain !

dimanche 3 juin 2018

Marseille - Acte 2

Je vous ai déjà parlé de mon engouement pour Marseille dans ce premier billet... et bien en voici un second !
Avec OuiGo, on peut voyager de Lyon à Marseille A/R pour 40€ et profiter d'un week-end en bord de mer bien agréable: pas de quoi s'en priver !
Ce deuxième passage à Marseille m'a permis de retourner profiter des calanques puisqu'en 30 minutes on atteint la Plage Bleue composée de grandes roches blanches sur lesquelles on se laisse bercer par le clapotis des vagues.
Le retour par le col de la Gineste offre un paysage magnifique à ne pas rater.

De retour à Marseille, vous pouvez :
- admirer le coucher de soleil au bar bondé "Le petit pavillon", Corniche du Président Kennedy
- partager de bons tapas et siroter d'originaux cocktails à "La Reale", place aux huiles
- se trémousser au "Reale Club", juste à côté du bar (vendredi soir c'est Old School Party ...)
Sous la cathédrale La Major, quelques bars permettent de prolonger la fête, aux "Halles" par exemple.
 Samedi matin on peut aller faire un saut au marché de Noailles: dépaysement garanti !
Ensuite, je ne résiste pas à manger un aïoli toujours excellent au "Clan des Cigales", 8 rue du Petits Puits dans le Panier, mon quartier de prédilection.
On retourne visiter La Major qui est si belle et pourquoi pas savourer une bonne glace à "La Gelateria Major". 
Après avoir jeté un œil au Vallon des Auffes, on profite d'un verre face à la mer au "Bistrot Plage", à quelques mètres du château d'If.
Si ce passage à Marseille n'était pas dédié à la culture, nous avons malgré tout pu jeter un œil à l'expo AMOR FATI de JR présentée au hangar J1. Pas le temps cette fois-ci pour les expos Picasso ou Nicolas de Staël ... I'll be back !

Pour prolonger ce parfum de vacances, on s'ambiance avec Massilia Sound System: Dimanche aux goudes.

dimanche 27 mai 2018

Cheveux en berne: 1er essai de BOTANICALS Fresh Care

Ayant les cheveux frisés donc (très) secs, je tente régulièrement de trouver LA routine beauté qui rendrait mes cheveux beaux, mes boucles bien dessinées tout en éliminant les frisottis et l'effet paille qui revient bien trop souvent à mon goût.
J'ai testé la nouvelle gamme Botanicals Fresh Care de L'Oréal Paris à base d'ingrédients botaniques sans silicone, paraben, colorant et à l'emballage écologique (100% de matière recyclée).
Ces produits proposés dans le commerce à prix raisonnable, sont élaborés avec des extraits végétaux naturels répondant chacun à une problématique capillaire spécifique: lavandin (apaisant), carthame (nourrissant), géranium (éclat), coriandre (force), caméline (lissage).

Au bout d'un mois de test, je peux dire que la texture, l'odeur et le résultat me conviennent même si ce n'est pas encore le produit miracle que j'attends (existe-t-il vraiment ??!!).
Achetée chez Monoprix mais disponible en grande surface, le rapport qualité-prix associé au caractère ecofriendly de cette gamme en fait un bon allié au quotidien !

dimanche 20 mai 2018

Parmi les loups et les bandits

Qui sont les loups et qui sont les bandits ?
Zou Lei, jeune immigrée Ouïghouire (chinoise de religion musulmane) débarque clandestinement aux États-Unis pour tenter une nouvelle vie.
Skinner, de retour d'Irak, arrive à New-York et tente d'y recréer une vie loin des combats, des morts, de ses peurs, traumas et addictions. Quand ils sont rencontrent leurs deux solitudes se tiennent compagnie et se protègent mutuellement, s'accompagnent, tentant de se sauver l'un l'autre.
New-York est cette mégapole où des millions de gens se croisent sans se voir, où certains vivent bien quand d'autres survivent misérablement, où chacun peut soit-disant trouver sa place s'il montre patte blanche, où la culture a son temple mais où la violence fait aussi rage. Dans ce décor marqué par le 11 septembre, les descriptions sont si précises qu'on se croit parfois dans l'arrière salle du restaurant chinois poisseux où travaille - est exploitée- Zou Lei. Il en est de même pour le sous-sol miteux loué par Skinner dans une maison de banlieue.

Je ne sais pas vraiment dire si j'ai aimé ou non ce livre, mais je suis venue à bout des 600 pages sans réellement attendre quelque chose, étonnamment.

dimanche 13 mai 2018

Todos lo saben ... Everybody knows

Après "Le client", Asghar Farhadi, scénariste et réalisateur iranien place son histoire au cœur d'un village espagnol entouré de vignes pour célébrer un grand mariage.
La famille est réunie, la maison est en ébullition, la cérémonie laisse place à une belle et grande fête qui semble ne jamais s'arrêter ... jusqu'à ce que le drame éclate.

L'intrigue est bien faite, la tension est palpable, portée par une superbe interprétation de Pénélope Cruz et Javier Bardem qui servent admirablement ce drame joué dans leur langue.
En toile de fond il s'agit de secrets, de désillusion, de rancœur, de terres cédées mais aussi d'un amour passé.
Devant la caméra, un regard suffit parfois à comprendre les liens entre les personnages qui se révèlent parfois bien plus faibles qu'il n'y parait.
C'est sûr, le 71ème festival de Cannes a débuté avec un très bon film...

samedi 28 avril 2018

Où boire / manger en centre-ville: nouvelles adresses

Voici une nouvelle proposition d'endroits sympas sur Lyon, à découvrir à différents moments de la journée !

Chez Signé Extrait - 21 rue Ferrandière, Lyon 02 on peut prendre un café de bon matin, manger un croque-monsieur à midi et une sublime pâtisserie avec un bon café (la spécialité du lieu) dans l'après-midi. Cette jolie boutique aux tons poudrés et au calme appréciable à deux pas des Cordeliers se découvre tout au long de la journée y compris le dimanche pour un brunch. Pour les pressés ou les cyclistes, on peut même commander et emporter son café depuis la rue grâce à un guichet !

Côté terreaux, vous pouvez déjeuner ou prendre l'apéro entre amis chez L'Odessa Comptoir - 14 rue René Leynaud, Lyon 01.
Dans un bistrot de quartier aux tables en formica, se dégustent des vins naturels (voilà de quoi élargir le champ de ses connaissances œnologiques) accompagnés de tapas de qualité à partager: assiette de charcuterie comme assiette végétarienne validées.
Le midi c'est un menu simple qui est proposé, je ne l'ai pas encore testé mais ça ne saurait tarder.

Last, but not least, dans un décor moderne et coloré, Epicurius, 5 rue longue, Lyon 01, propose une cuisine méditerranéenne savoureuse et chaleureuse: des entrées à partager, quelques sandwichs grecs, des viandes à la fois fondantes et caramélisées cuites à la broche ou grillée (le cochon, hummm...).
Côté bar les cocktails maison sont originaux et réussis, jusqu'au cocktail digestif qui a fini de me séduire.
Merci au charmant couple qui tient ce restaurant, qui a le sens de l'accueil, du conseil et qui sait nous faire voyager le temps d'une soirée... c'est sûr, j'y retournerai !!!

samedi 21 avril 2018

Liseuse VS Livre: le match

Ok, j'ai fait un titre sensationnaliste alors que pour moi c'est tout vu: définitivement le livre !

Je vais même avouer que je parle sans connaitre car je n'ai jamais testé de liseuse. Mais le livre est un objet que j'affectionne particulièrement et depuis toujours.
Petite je passais du temps à classer les livres par ordre alphabétique dans la grande bibliothèque familiale et à jouer à la bibliothécaire pour des lecteurs imaginaires ...
J'aime les couvertures des livres, j'aime l'odeur des pages, j'aime les prêter, j'aime choisir mon marque-page (parfois la carte d'un hôtel qui me rappelle le lieu où je l'ai lu, parfois l'origami fait par ma nièce, ...), j'aime savoir où j'en suis et ce qu'il me reste à lire: important quand je trouve un livre bof, très important quand je l'adore pour me préparer mentalement à le quitter.

J'imagine qu'avoir une liseuse est pratique pour ceux qui voyagent beaucoup ou qui lisent dans les transports en commun tous les jours mais imposer à ses yeux un enième écran (avec les ordis et les smartphones ça commence à faire beaucoup !!!) et avoir encore un appareil à recharger (donc un chargeur à transporter) ne m'intéresse pas.
A cela on peut ajouter qu'une liseuse est constituée de composants électroniques, de minerais rares, de plastique, et qu'il faudra la remplacer pour cause d'obsolescence programmée ou d'incompatibilité avec les systèmes qui évoluent à vitesse grand V... bref, loin d'être eco-friendly tout ça.
J'ai lu l'étude du cabinet 'Carbone 4' qui estime l'empreinte carbone d'un livre papier à 1,3 kg d'équivalent CO2 contre 235 kg pour une liseuse. Sachant qu'un français ne lit en moyenne que 14 livres par an il faut être un lecteur acharné pour justifier une telle empreinte carbone.

De son côté le livre papier a évolué grâce aux éditeurs pour utiliser des plantations gérées durablement, du papier certifié, développer des boites à livres dans les villes pour les partager et des filières de recyclage.
Moi, j'adore les prêter pour ensuite en parler, puis, lorsque j'en ai vraiment trop, je mets de côté ceux que je suis certaine de relire un jour et j'apporte le reste chez Emmaüs (qui a été heureux d'en remplir un plein caddie l'été dernier).

dimanche 1 avril 2018

Ta deuxième vie commence...

Certains ont adoré, d'autres ont détesté ... je ne suis pas fan des lectures de développement personnel mais je décide de me faire mon propre avis !
L'histoire n'est pas captivante (voire un peu tirée par les cheveux) mais les conseils égrenés par le "routinologue" que rencontre Camille, par hasard, ne sont pas dénués d'intérêt: faire preuve de bienveillance vis-à-vis de soi-même, retrouver son enfant intérieur, penser positif pour récolter du positif, se contenter "d'être" ...
Je résumerais en disant qu'on travaille chacun à son propre bonheur et qu'il n'est pas trop tard pour changer ce qui ne nous satisfait pas. "Prenez tout ce qu'il y a d'intéressant à prendre, vivez les choses à 400%, au lieu de vivoter et d'attendre en ruminant qu'un providentiel changement tombe du ciel".

 Rien de neuf ou de révolutionnaire mais un rappel qui peut faire du bien à ceux qui ne se sentent pas/plus en phase avec leur vie professionnelle ou personnelle ou qui hésitent à sauter le pas.